• Claire.R

Comment faire pour mieux vivre l'absence ?

L'absence, c'est une des pires sensations que peut vivre l'être humain. Et pourtant, il nous arrive tellement souvent de la ressentir. Qu'on vive une rupture, le départ d'une personne, le décès d'un être cher, l'éloignement dû au confinement, etc... On ne peut rien faire face à l'absence d'une personne qui nous est chère, mais nous pouvons apprendre à mieux la vivre. Comme vous, l'absence peut miner mon moral. Apprendre à la gérer, ce sera un pas de plus vous éloignant de la tristesse ou de la dépression. Voici les quelques petits conseils que je peux vous donner pour retrouver le sourire, même lorsque votre cœur est serré.




Qu'est-ce que l'Absence ?


D'où vient le sentiment d'absence ? C'est ce que l'on ressent lorsqu'on pense qu'un objet, ou plus fréquemment une personne ne se trouve pas là où elle devrait être. Et cet endroit où elle devrait être, c'est près de nous, face à nous, dans nos bras. L'absence est une sensation désagréable car bien souvent, nous ne pouvons rien y faire. Elle nous est imposée. C'est pour cela que la sensation d'absence est très proche de la sensation de manque. Si ce n'est que le manque correspond à quelque chose dont nous avons l'impression d'avoir besoin pour vivre. Attention, l'absence est aussi un trouble médical : une perte de connaissance de courte durée ou un trouble de la vigilance. Nous ne parlons bien sûr pas de cette absence là, mais bien de celle que nous ressentons consciemment.


L'absence désigne le plus souvent le fait de perdre un proche. Plus cette perte est soudaine et imprévue, plus la personne faisait partie de notre vie, plus l'absence nous semble forte et parfois insurmontable. Mais l'absence, c'est aussi regretter de ne plus voir un ami, une personne de la famille ayant déménagé. De nombreux jeunes ressentent l'absence de leur famille après s'être installés. Une fois l'hystérie de la liberté passée, il est moins facile de vivre seul qu'il n'était prévu. De même, l'absence se ressent lors d'une rupture sentimentale. Que celle-ci se passe bien ou non, il est difficile là encore de se retrouver seul lorsque chaque jour était partagé avec quelqu'un. L'absence, c'est donc une souffrance, que l'on peut apprendre à dépasser. Mais c'est surtout quelque chose qui se soigne avec le temps.



"Il me manque" - d'où vient le sentiment d'absence ?


Au départ, il y a le souvenir. Le souvenir de cette personne qui n'est pas à nos côté. Le souvenir est un élément chaleureux lorsqu'on ressent l'absence d'une personne. Mais lorsque le souvenir vient à nous hanter, jour et nuit, qu'on se répète sans cesse "Il me manque", cela devient problématique. Lorsque l'absence devient un manque, c'est que la sensation de vide laissée par le départ de la personne n'arrive pas à se combler. Mais d'où vient exactement cette sensation ?


Ce que l'on ressent est physique : il me manque physiquement et moralement. Douleur dans la poitrine, sentiment d'oppression, larmes ... Lorsque notre mental ne peut plus gérer l'absence, il déborde sur notre corps qui se laisse alors envahir. Le manque, l'absence est une sensation normale. Il faut que nous passions par là pour mieux renaître. Ce sentiment est en fait le moyen pour notre corps et notre cerveau de se rendre compte que c'est la fin de quelque chose, d'une relation. Il faut juste faire attention à ce que cela ne devienne pas maladif. Il est normal pour l'être humain d'avoir des moments de solitude et d'ennui. Cela lui permet de se recentrer sur lui-même. Mais nous sommes des êtres sociaux qui avons besoin des autres. Le sentiment d'absence vient donc de notre cerveau et c'est un passage vers notre acceptation d'un départ ou d'un changement.



Perdre un être cher, cette dure épreuve de la vie


C'est souvent lorsqu'on est face à un décès que l'absence est la plus dure à vivre. Pourtant, perdre un être cher, cela nous arrivera à tous. C'est une des étapes de la vie. La confrontation avec la mort n'est jamais facile. Mais elle est nécessaire. C'est cela qui nous permet de nous rendre compte de la préciosité de notre vie. Chacun des moments passés est une chance. Mais perdre un être cher, cela déclenche tellement de douleur en nous. Notre cœur et notre corps ne savent plus comment réagir, tout s'embrouille. On pense à cette personne que nous avons perdue, aux moments qu'on a passés et qu'on aurait encore pu passer ensemble. L'absence de cette personne nous fait passer par tout un imbroglio d'émotions que l'on appelle les 7 étapes du deuil.


Le choc


C'est la phase la plus courte du deuil. Cette qui suit l'annonce de la perte d'un proche. Le choc est aussi ressenti lors d'une rupture amoureuse ou de toute autre absence. C'est le moment de sidération qui nous empêche d'avoir une réaction, positive ou négative.


Le Déni



Après avoir entendu l'annonce, le premier réflexe est d'abord de refuser, de réfuter l'information, le départ ou le décès qui nous annonce un manque et une absence à venir. Perdre un être cher est tellement violent pour notre mental que le déni s'opère comme un mécanisme de défense. Il ne faut pas s'opposer au déni, c'est une étape naturelle du deuil. Pour autant, il faut faire attention à ce qu'un proche ne reste pas bloqué dans le déni. Le déni se retrouve dans plusieurs comportement : nier les faits, trouver un bouc-émissaire, ne pas parler de l'événement, etc.


La colère


La confrontation avec les faits et devoir sortir du déni provoque toujours ou presque une même émotion : la colère. L'absence semble tellement injuste, que l'on tente de se révolter, de lutter contre l'acceptation de cette nouvelle. Lorsqu'on perd un proche, nous sommes alors tellement pleins d'amertume que nous pouvons reprocher à nos proche ce départ. Nous voyons alors le mal partout.


Le marchandage


Passée cette étape de la colère, arrive alors la phase de marchandage. On l'appelle aussi la phase de négociation. Lors de l'absence d'un proche, on imagine ce qu'on aurait fait s'il était encore en vie. Perdre un être cher, c'est passer par cette étape de regret. C'est aussi négocier avec ses croyances et ses idéaux : il doit être au paradis, dans un monde meilleur, etc. C'est tenter de se rassurer pour rendre la perte moins lourde.


La dépression


Mais cette négociation ne remplace pas la perte. Et c'est alors qu'on se rend compte du poids de ce qu'on a perdu. C'est là que la solitude, le manque et la sensation de l'absence se font le plus sentir. Notre coeur et notre corps se décide enfin à pleurer, à se sentir désespéré : toutes les émotions alors contenues ressortent. Vous pouvez alors ressentir mélangés de la peur, de l'incertitude, du regret. C'est la première étape vers l'acceptation.


L'acceptation


C'est le moment où l'on accepte de perdre un être cher. Parfois, l'étape de l'acceptation peut mettre très longtemps à arriver. Mais avec le temps il y a toujours cette acceptation qui pointe son nez. C'est l'étape que l'on veut atteindre, mais il ne sert à rien de brûler les étapes. Elles sont toutes très importantes.


La reconstruction


Après l'acceptation de l'absence vient la reconstruction. Le manque est toujours là, mais moins douloureux. Il nous permet de vivre à nouveau. Il nous permet de nous projeter à nouveau dans un avenir différent. C'est à ce moment que l'on vit de nouveau en société, qu'on redécouvre qui l'on est et que la confiance en soi revient.


Ces sept étapes sont toutes aussi importantes les unes que les autres. Elles nous permettent de retrouver un équilibre émotionnel. Perdre un être cher est un événement normal de la vie, heureusement que notre corps sait comment gérer naturellement cela. Malgré tout, il est souvent nécessaire à ce que nous retrouvions au moins bonne figure avant la fin de notre deuil. Comment gérer émotionnellement alors ?



Comment gérer un décès émotionnellement ?


Sachez avant tout que le deuil est très personnel. Chaque personne le vit différemment. En fonction de votre lien avec la personne, de votre moral, gérer un décès ne sera pas toujours facile. En plus des nombreuses formalités et des cérémonies, vous allez devoir gérer vos émotions. Nous sommes nombreux à tenter de garder bonne figure lors d'un deuil. Voici quelques conseils pour gérer un décès au mieux émotionnellement.

  • Acceptez que cela prendra du temps

  • Les personnes autours de vous savent que vous ne pouvez pas sourire tout le temps

  • Autorisez vous de pleurer, d'y penser

  • Dites vous qu'après cette période, il vous restera des souvenirs heureux

  • Acceptez toutes vos émotions

  • Mettez à l'écrit ce que vous ressentez

  • Osez en parler

L'absence est une sensation difficile, douloureuse. Liée au manque, elle provoque chez nous des symptômes physiques mais surtout des émotions violentes. L'accepter, la gérer, c'est vivre plusieurs étapes de deuil de ces personnes parties ou disparues de nos vies. Lorsque l'on se sent seul, abandonné, il est nécessaire d'apprendre à s'ouvrir. Parlez-en à votre famille, à vos amis, ou à quelqu'un de bon conseil. Sachez que vous n'êtes pas seul, il y aura toujours quelqu'un qui sera là pour vous.

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

© 2012 - 2020 par EM CONSULTING - Toute reproduction interdite.

SIRET : 751 973 868 - EM CONSULTING RCS LORIENT - CGVU - Mentions légales