• Claire.R

L'Ecriture automatique, travail de l'Intuition

L’écriture automatique est à la fois un support de voyance ou de contact avec l’Invisible, mais aussi un style littéraire à part entière. Savez-vous d’où viennent ces traditions du Cadavre Exquis et autres jeux de mots que l’on expérimente à l’école ? Ils ont exactement la même origine que l’écriture automatique : un cercle d’auteurs et de poètes en lien avec l’Invisible. Peut-on jouer avec les mots ? Est-ce risqué de s’ouvrir à ce support étrange et qui nous oblige à laisser tomber nos barrières ? Je ne suis pas un grand pratiquant de l’écriture automatique. Et pourtant ce lâcher prise peut parfois aider lorsque l’on bloque sur une question de voyance. 

D'où vient le support de l’écriture automatique ?

Qu’est-ce que l’écriture automatique ?

Avant de parler de support de voyance, l’écriture automatique est d’abord un exercice de lâcher prise. En effet, c’est un mode d’écriture dans lequel la pensée, la conscience et la volonté ne doivent pas intervenir. Il s’agit de prendre une feuille, un stylo, et de s’abandonner entièrement à l’écriture. Ecrire ce qui vient par la tête, même si les mots n’ont pas de rapport entre eux. Voire de lâcher toutes ses pensées et de laisser vaguer le crayon, qu’il écrive des mots, dessine des formes ou ne laisse apparaitre que quelques gribouillis indéchiffrables. Aujourd’hui, deux disciplines se disputent l’origine de l’écriture automatique : la littérature et le spiritisme.


Hippolyte Taine et les pratiques spirit

Dans les faits, l’écriture automatique était en effet déjà plus ou moins utilisée par certains médiums et voyants. Mais elle ne portait pas ce nom et n’était pas du tout démocratisée. Dans les faits certains écrits rapportent l’utilisation d’une pratique similaire à celle qu’utiliseront les surréalistes en littérature. C’est le cas notamment d’une citation d’Hippolyte Taine, un philosophe et historien français. Il écrit dans une de ses préfaces à son essai De l’intelligence (1878) “Il y a une personne qui, en causant, en chantant, écrit sans regarder son papier des phrases suivies et même des pages entières, sans avoir conscience de ce qu'elle écrit. À mes yeux, sa sincérité est parfaite ; or, elle déclare qu'au bout de sa page, elle n'a aucune idée de ce qu'elle a tracé sur le papier. Quand elle le lit, elle en est étonnée, parfois alarmée...”.

L’écriture automatique et le surréalisme

Les surréalistes sont des auteurs et poètes du 20e siècle. Ils faisaient plusieurs expérimentations de création littéraire et poétique en s’inspirant des récentes découvertes sur la psychanalyse. L’écriture automatique était un moyen de se détacher des valeurs enseignées par l’éducation de l’époque. Le but de cette écriture était d’échapper au contrôle de la raison sur la pensée. Pour les surréalistes, se détacher de la raison passe par une technique de lâcher prise bien précise. L’auteur doit écrire le plus rapidement possible, sans réfléchir, sans se soucier de morale ou de beauté de son texte. Il ne doit pas non plus s’attacher aux règles de grammaire ou respecter le vocabulaire. Il peut ainsi inventer des mots, faire des fautes ou écrire quelque chose d’entièrement incohérent. Cette écriture nécessitait souvent un état proche de la transe, entre éveil et sommeil. Un état en soit très proche de l’hypnose.




C’est André Breton et Philippe Soupault qui publient ensemble le premier ouvrage écrit avec cette technique en 1919 : Les Champs magnétiques. Je vous parlais du cadavre exquis au début de l’article. Ce jeu et de nombreux autres ont aussi été inventés par les surréalistes afin de se détacher des codes et de la raison. Mais il n’y a pas qu’en littérature que l’écriture automatique est utilisée. C’est un procédé important de la psychologie, de la parapsychologie (l’autohypnose) et même d’autres arts comme la peinture. Dans le milieu du spiritisme, l’écriture automatique, aussi appelée psychographie est utilisée pour entrer en contact avec des esprits.


L’inspirante écriture intuitive

L’autre nom de l’écriture automatique, notamment dans les milieux de la médiumnité et de la voyance, c’est l’écriture intuitive. Et en même temps le procédé de l’écriture intuitive change énormément de celui de l’écriture automatique

Pour utiliser l’écriture intuitive, il faut être inspiré par autre chose que sa propre raison. Un guide, un esprit qui voudrait faire passer un message, une autre entité de l’invisible... C’est là que l’écriture automatique devient un support. Elle est considérée comme un moyen d’inspiration de certains auteurs. Certains pensent même que les meilleurs auteurs sont inspirés par l’Invisible. C’est ce que les auteurs antiques et les poètes appelaient les Muses. C’est ce que d’autres appellent le don ou le génie. Certain ont cette même idée de la voyance ou de la médiumnité. Ce qui fait un bon médium/voyant serait un don. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cela. Certains ont certes des facilités à développer telle ou telle capacité. Mais au fond, la médiumnité et la voyance sont une ouverture que chacun peut avoir sur l’Invisible. Tout le monde peut apprendre à développer son intuition (lien).


L’écriture intuitive est donc à la fois une inspiration, notamment une inspiration divinatoire ou artistique. Mais c’est aussi une forme d’écriture automatique plus libre pour l’auteur, et permettant à une autre entité de s’exprimer à travers la main du médium. Certains diront que l’écriture automatique pratiquée par un médium est plus dangereuse que l’écriture intuitive. La différence tient dans le degré d’ouverture et de lâcher prise. L’écriture automatique demande en effet de lâcher toute prise sur la réalité tandis qu’un auteur d’écriture intuitive garde tout de même le contrôle de la situation. Mais Est-ce que ces deux techniques sont vraiment de bons supports ?


En voyance écriture automatique et prédictions

En voyance, l’écriture automatique n’est pas le support le plus utilisé. Et pour autant, tout le monde peut pratiquer cette expérience chez lui. Les images livrées dans les mots écrits sont souvent précises et peuvent aider à libérer des flashs, notamment visuels. Sur votre cahier des mots vont s’inscrire, et pour autant, vous n’aurez pas ces mots à l’esprit. Garder ses yeux fermés aide souvent à la pratique de l’écriture automatique. Et ces mots qui déclenchent des flashs viennent bien de quelque part. D’une âme, d’un guide de votre consultant ? Il peut arriver que certains voyants pratiquent la voyance écriture automatique devant vous. 

Ils auront alors un stylo et un cahier, certains utiliseront des prières ou d’autres incantations pour se concentrer. Le lâcher prise est tel que le corps du voyant ou du médium est contrôlé en partie par une entité, le plus souvent une âme étrangère qui fait passer un message. Mais ces prédictions de l’invisible sont souvent sans intérêt ou presque. Car en effet le monde de l’Invisible n’est pas toujours un endroit où il se passe des événements rebondissants. Ce que les défunts ont à nous livrer n’est parfois qu’un mot de réconfort, une présence. Et finalement les véritables prédictions de voyance écriture automatique sont plutôt rares.  D’ailleurs, c’est ce qui explique surement que depuis la deuxième partie du 20e siècle ce support est beaucoup moins utilisé. Depuis la fin de la vague surréaliste, l’écriture automatique est plus un jeu qu’un support vraiment sérieux et précis.


Peut-on parler d’écriture médiumnique ?

Il est donc évident que l’utilisation occulte de l’écriture automatique est aidée le plus souvent par l’esprit des défunts. On parle alors souvent d’écriture médiumnique. Encore un autre nom, mais propose t'il lui aussi une différence avec l’écriture automatique ? Finalement, l’écriture médiumnique est la dénomination précise d’une écriture automatique ou intuitive guidée par un esprit distinct. C’est donc un support propre au médium qui cherche à mettre en contact un client avec un de ses proches disparus. 


Est-ce dangereux ?

À priori, aucun contact médiumnique n’est dangereux dans le sens où le défunt n’a pas d’appui sur le monde réel. Le médium choisi de lui laisser contrôler son écriture seulement. Le plus gros danger n’est jamais pour celui qui consulte un médium. Mais comme n’importe quel contact avec le monde de l’Invisible, une consultation est fatigante pour le médium. Elle lui demande de l’énergie et un bon moral. D’autant plus qu’il sera confronté à la peine et à la souffrance d’autrui. L’écriture médiumnique n’est donc pas dangereuse. Ce n’est qu’un support comme un autre pour établir un contact. En soi, avec assez d’entrainement, un médium n’a pas toujours besoin de support. Il lui suffit de se fier à son intuition et à sa perception de l’Invisible.


Est-ce accessible à n’importe qui ?

Et bien oui. L’écriture automatique doit être considérée comme un jeu. Elle peut être fatigante moralement. Surprendre son utilisateur. Il faudra évidemment faire attention à ne pas trop s’épuiser mais c’est un bon moyen de s’entraîner. Si vous ressentez parfois d’étranges présences, l’écriture automatique peut être le moyen pour vous de savoir ce qu’il se passe.


L’écriture automatique, un bon entrainement pour développer sa médiumnité

Développer sa médiumnité est accessible à tous. Il existe plusieurs exercices que je vous propose dans ma formation. L’écriture automatique, ou en tout cas essayer de la pratiquer peut-être un entrainement supplémentaire pour entraîner votre intuition. N’en ayez pas peur et dites-vous au contraire que vous passez derrière plusieurs grands auteurs et grands médiums qui s’y sont déjà essayés. 

523 vues
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

© 2012 - 2020 par EM CONSULTING - Toute reproduction interdite.

SIRET : 751 973 868 - EM CONSULTING RCS LORIENT - CGVU - Mentions légales